FlashbackEco

21 décembre 1985 : Les Resto du Cœur ouvrent leurs portes

21 décembre 1985 restos1Personnage emblématique des années 1970-1980, Michel Colucci (1944-1986), dit « Coluche » se fit aimer des Français pour ses talents d’humoriste et de comédien qu’il fit aussi bien reconnaître sur scène, au cinéma ou sur les ondes radios, mais aussi en raison d’un engagement social particulièrement marqué, qui l’emmena aux portes de l’élection présidentielle de 1981, comme à la création des Restos du Cœur.

Interprète en 1985 de la chanson SOS Ethiopie, aux côtés d’autres artistes comme Jean-Jacques Goldman, Francis Cabrel, Hugues Aufray, Josiane Balasco, Michel Berger, France Gall ou Renaud, l’humoriste est alors interpellé par les courriers et les appels d’auditeurs de l’émission de radio « Y’en aura pour tout le monde » qu’il anime alors sur Europe 1, sur la nouvelle pauvreté qui touche alors une France confrontée à un ralentissement économique et à une montée du chômage de masse.

C’est d’ailleurs à l’antenne, le 26 septembre 1985, que Coluche détaillera sa « petite idée » pour améliorer les choses :

« (…) si des fois il y a des marques qui m'entendent, s'il y a des gens qui sont intéressés pour sponsoriser une cantine gratuite qu'on pourrait commencer à faire à Paris et puis qu'on étalerait dans les grandes villes de France, nous on est prêts à aider une entreprise comme ça, qui ferait un resto qui aurait comme ambition au départ de faire 2.000 ou 3.000 repas par jour gratuitement ».

Avec l’ouverture le 21 décembre 1985 du premier Resto du Cœur dans le 19ème arrondissement de Paris et la mise en place des premières antennes régionales, Coluche mettra rapidement ses idées à l’épreuve des actes. 5000 bénévoles serviront 8,5 millions de repas pour le seul hiver 1985/1986.

Malgré la disparition de son instigateur, victime d’un accident de moto le 19 juin 1986, le modèle des Restos du Cœur a perduré et s’est même étoffé (ouverture des Restos bébé du Cœur, 1992 ; centre d’hébergement d’urgence, 1994…) face à une augmentation de la pauvreté et de la précarité au sein de la société française.

21 décembre 1985 restos2Soutenue par la solidarité populaire, les Restos du Cœur ont également été à l’origine de changements d’importance au sein de la classe politique. Au niveau national, la loi « Coluche » de 1988 permettra ainsi une fiscalité plus avantageuse à l’égard de contribuables donateurs auprès d’institutions caritatives[1], alors que sur le plan européen l’initiative des Restos poussera le Parlement européen, à l’initiative du député belge José Happart, à mettre à disposition les surplus alimentaires au profit d’associations luttant contre la pauvreté. Une décision qui débouchera d’ailleurs en 1987 sur la création du Programme d’Aide Européen aux plus Démunis.

Lors de leur campagne 2013/2014, trente ans après leur création, les Restos du Cœur, association reconnue d’utilité publique, distribue encore près de 130 millions de repas, appuyée sur le bénévolat de 65 000 personnes réparties sur plus de 2000 centres et antennes au travers du territoire national.

 

 

[1] La loi Coluche de 1988 permet en pratique de récupérer 66% du don effectué - 75%, depuis la loi Breton de 2005 – sous forme de réduction d’impôts pour le contribuable.