flashbackeco

20 mars 1956 : La Tunisie accède à l'indépendance

La Tunisie va fêter aujourd’hui sa journée d’indépendance dans la douleur, la colère et une profonde inquiétude quant à son futur économique. L'indépendance est née le 20 mars 1956 avec la constitution d'une assemblée constituante et sera largement dévéloppée par un homme  Habib Bourguiba, nommé Premier Ministre en 1956. Celui ci  va très vite changer la physionomie de la Tunisie (abolition des privilèges des princes et princesses13 août 1956 : mise en place du Code du statut personnel qui donne  un statut aux femmes ijamais vu dans le monde arabo-musulman, 6 septembre 1956,  institution de l'Ordre de l'Indépendanceen 1957, abolition de la monarchie).

De même depuis 2011, le pays avait réussi à mener une transition politique en douceur, un modèle du genre en comparaison aux autres pays qui ont vécu le Printemps arabe. Cette dynamique positive va être enrayée par le terrible évènement de Bardo. Conséquence du bilan effrayant de la fusillade au musée du Bardo qui a fait au moins vingt morts, dont 17 touristes, et une quarantaine de blessés. Il s'agit du premier attentat à toucher des étrangers depuis la révolution tunisienne de 2011. En s’attaquant à ce lieu touristique, les terroristes savaient tres bien ce qu’ils visaient.

Le tourisme est le secteur clef de l’economie tunisienne , represente 7% du PIB tunisien et compte près de 400 000 emplois directs et indirects (environ 12% de la population active). En 2014, les recettes touristiques avaient enregistré une légère croissance, tout en restant loin des niveaux de 2010. L’an dernier, le tourisme a rapporté 1,59 milliard d’euros à la Tunisie, soit 6,4 % de plus qu’en 2013, mais 14,5% de moins qu’en 2010, selon les statistiques du ministère du Tourisme. Le nombre de touristes a, lui, baissé de 3,2% à 6,07 millions, contre 6,27 millions en 2013. Ce secteur avait été très affecté ces derniéres années par l’essor de la mouvance jihadiste a l’interieur et a l’exterieur du pays et par des crises politiques successives.

Avant la révolution, le nombre de touristes avait plus que doublé en 5 ans, passant de 3 à 6,5 millions entre 2005 et 2010. Les touristes français constituent de loin la première clientèle en Tunisie, à des niveaux toutefois incomparables à 2010. Selon l’Ambassade de France en Tunisie, aujourd’hui, 1/9e des touristes vient de France, contre 1/6e avant le printemps arabe, où ils étaient 1,4 million.

Tous les acteurs du tourisme tunisien et les croisiéristes français s’accordaient a dire que l’année 2015 allait être l’année du rebond , cette dynamique positive devait être enrayé par ce terrible attentat au début des réservations de la saison estivale.

MSC Croisières et Costa Croisières, viennent d’annonçer , pour des questions de sécurité, l’annulation de toutes leurs escales dans la capitale tunisienne. Leurs navires vont ainsi modifier leurs itinéraires.

Le pays dispose d’un atout non négligeable qui est sa politique tarifaire et qui pourrait amortir le choc. Le prix d’un séjour en Tunisie est actuellement très bas. Mais les professionnels du secteur savent que cela ne suffira pas, tant que les autorités n’arriveront pas à restaurer un certain niveau de sécurité et à rassurer les touristes. L'impact sur la machine économique du pays est donc immense.

La stratégie terroriste consistant à un harcèlement meurtrier de la sphère économique du pays et de son tissu industriel dont les investissements dans la petite industrie commençaient à reprendre timidement peut avoir des conséquences désastreuses.

L’Etat Tunisien est donc à un tournant de sa relative courte histoire et devra montrer beaucoup de pugnacité pour la survie de sa nation.