20 mai 1873 : Le succès « rivets » aux hanches

Dès le XVIème siècle, la République de Gênes exporte ses toiles de coton et de lin au travers de l’Europe. En Angleterre et en France, la toile est retravaillée par des tisserands. A Nîmes, la famille André notamment s'intéresse à ce tissu et fait le choix d’un maillage en toile de serge. Le tissu est alors plus résistant et sert aussi bien aux toiles de navires qu’à l’habillement des marins. Une teinte bleue indigo, peu salissante, s’impose également : le bleu de Gênes. Elle donnera plus tard son nom aux Blue Jeans tels que nous les connaissons.

Au milieu du XIXème siècle, un négociant et fabricant de textile, Levi Strauss, et un tailleur, Jacob Davis, réalisent la synthèse des évolutions antérieures et déposent en commun un procédé d’invention permettant de riveter les coins des poches sur les pantalons d’hommes. Le brevet est octroyé aux deux hommes le 20 mai 1873 et assurera le succès de la Levi-strauss & Co.

Résistant, peu salissant, équipé de poches larges, le jean s’avère le vêtement de travail idéal en ce milieu de XIXème siècle et le restera pendant de nombreuses années avant de devenir le vêtement casual par excellence.