FlashbackEco

20 juillet 1873 : Alberto Santos Dumont, fils de l’air

20 juillet 1873 1Né le 20 juillet 1873 à Palmira (devenue Santos-Dumont) au Brésil, le franco-brésilien Alberto Santos-Dumont effectue sa première course en ballon à l’âge de 25 ans où il réalise un parcours de vol long de 22 heures entre Paris et la Creuse.
Il fait également réaliser le Brazil, le plus petit ballon du monde doté d’un diamètre de seulement 6 mètres et d’un poids réduit au maximum. Aventurier dans l’âme, Santos-Dumont relève également le défi dHenry Deutsch de la Meurthe qui organise en 1901 une compétition de dirigeables, dont la dotation s’élève à 100 000 francs, visant à relier Saint-Cloud à la Tour Eiffel en moins de trente minutes. Au fil de ses expériences, Santos-Dumont accumule suffisamment de données pour se consacrer à la recherche d’un engin volant plus lourd que l’air, hypothèse qui laisse alors sceptique aussi bien l’Académie des Sciences de Paris qu’un pionnier visionnaire comme Louis Blériot, qui changera d’ailleurs d’avis sur la question.

Si c’est finalement le roumain Traian Vuia qui sera à l’origine du vol du premier engin plus lourd que l’air en Europe (à la différence des planeurs, ces engins exigent une motorisation), avec l’envol du Vuia n°1 le 18 mars 1906, c’est Alberto Santos-Dumont qui marque véritablement les esprits le 12 novembre de cette même année, en faisant voler son biplan, le 14 bis. Équipé d'un moteur V8 de 50 chevaux, il franchit une distance de 220 mètres en 21 secondes à la vitesse de 41,3 km/h. Sur ces critères de distance, de temps et de vitesse, le 14 bis reste largement supérieur au Vuia n°1 et rafle d’un coup les trois premiers records du monde homologués[1].

 

20 juillet 1873 2
Le 14 bis

 

20 juillet 1873 3
Vol d'une Demoiselle

 

A partir de 1907, il réalise ses Demoiselles qui deviennent très vites les vedettes des premiers meetings aériens et en partage les plans avec d’autres aviateurs comme Roland-Garros. Son attitude permet une propagation rapide du savoir qu’il a accumulé. Santos-Dumont propose même des avions en kit et continue dans le même temps d’améliorer ses dirigeables. Signe de son parcours sans pareil, il est le premier homme à posséder les trois brevets de pilote : ballon, dirigeable et aéroplane.

20 juillet 1873 5

Comme bon nombre de génies et de passionnés, Dumont restera quelques fois incompris et victime des folies de son temps. Emprisonné en 1914 suite à la dénonciation de Français considérant que son accent faisait « trop allemand » – l’Etat français s’excusera officiellement- et profondément dégouté par le trop vif intérêt des militaires pour l’aviation, il repart dans son pays natal en 1928. C’est pourtant là-bas, que les bombardements aériens de l’armée brésilienne de 1932, à l’encontre de la population révoltée de Sao Paulo, finiront d’achever l’esprit talentueux et sensible d’Alberto Santos Dumont. Incapable de considérer l’œuvre d’une vie devenue instrument de mort, le pionnier de l’aviation se suicidera le 24 juillet 1932, laissant derrière lui les traits d’un homme libre, aux aspirations pures et à l’esprit brillant.

Obrigado Alberto.

 

20 juillet 1873 4

 

A lire aussi sur les pionniers de l'aviation :

 

 

[1] Pour rappel, trois ans après les frères Wright, Santos-Dumont fait décoller un appareil plus lourd que l’air, mais son avion décolle par lui-même, à la différence de celui des ingénieurs américains qui était catapulté.