FlashbackEco

1er décembre 1988 : Instauration du RMI

Instauré le 1er décembre 1988, le Revenu Minimum d’Insertion (RMI) répond aux bouleversements que connaît la société française alors confrontée à une augmentation de la pauvreté et au chômage de masse.
 
La première crise pétrolière de 1973 a en effet marqué la fin des Trente Glorieuses et la nécessité de composer avec une nouvelle pauvreté et une situation économique toujours plus délicate. Jeunes diplômés ayant du mal à trouver un emploi en rapport avec leurs compétences, mères de famille isolées, personnes âgées éprouvant des difficultés à retrouver un travail ou encore travailleurs précaires gagnant une rémunération inférieure au seuil de pauvreté national… de nombreuses couches de la société sont alors exclues d’une société française qui continue pourtant à s’enrichir mais ou se creusent les inégalités.
 
1er décembre 1988 rmiExpérimenté pour la première fois à Besançon entre 1967 et 1975, un minimum social garanti (MSG) avait déjà lancé l’idée d’une aide financière accordée aux plus nécessiteux (personnes âgées, femmes seules et sans revenus) se substituant ainsi aux donations et à la charité ordinaire. Favoriser un retour à l’autonomie pour mieux échapper à l’aumône, telle était l’idée originelle du MSG et celle qui allait également procéder à la mise en place du RMI par le gouvernement Rocard à la fin de l’année 1988.
 
Ouvert à tous les résidents Français âgés d’au moins 25 ans, mais aussi aux étrangers pouvant justifier d’un titre de séjour régulier en France depuis au moins 5 ans, le RMI est alors calculé en fonction de la composition du foyer et du nombre d’enfants à charge et versé aux personnes sans ressources ou disposant de ressources inférieures à un plafond fixé par décret.
 
Au cœur de la polémique, le RMI divisera pendant plus de vingt ans, défenseurs d’une politique favorables aux aides sociales, les envisageant comme facteurs d’intégration, et adversaires de la mesure, la considérant comme moteur d’une société de l’assistanat.
 
1er décembre 1988 rmi2Comptant 1,3 million d’allocataires, le RMI est finalement remplacé en 2009 à la faveur d’un Revenu de Solidarité Active (RSA) à la base plus large, se voulant à la fois minimum garanti, complément de revenu et aide personnalisée de retour à l’emploi (aide au transport, déménagement, garde d’enfants…).
 
 
 
 
 
A lire aussi : 
 
4 octobre 1945 : Ordonnance portant organisation de la Sécurité Sociale