FlashbackEco

18 janvier 1800 : Création de la Banque de France

A l’image du Conseil d’Etat (1799), du corps préfectoral (1799), de la Légion d’honneur (1800) ou du Code Civil (1804), la création de la Banque de France figure au titre des grandes institutions nationales instaurées par Napoléon.

 

18 janvier 1800 banque de france 2Dans une France sortie de l’agitation révolutionnaire et où les échanges reprennent, le besoin d’argent se fait cruellement sentir et le recours à des financiers privés devient nécessaire aussi bien pour les besoins de l’économie, que pour ceux des campagnes militaires à venir. Une situation qui pousse alors Napoléon Bonaparte, Premier Consul à répondre favorablement à la requête du financier suisse Jean-Frédéric Perregaux et d’autres financiers. Leur idée, doter leur établissement bancaire parisien, La Caisse des Comptes Courants, d’un nom susceptible d’attirer la confiance, celui de « Banque de France ». Une conception qui plaît au futur Empereur des Français et qui deviendra au passage l’un des premiers actionnaires de la nouvelle institution. En plus d’un nom rassurant, Napoléon confère à l’établissement le privilège d’émission exclusif de la monnaie papier à Paris à partir de 1803, et la place sous le contrôle d’un gouverneur et de deux sous-gouverneurs nommés par l’Etat à partir de 1806.

Organisme d’importance stratégique, les statuts fondamentaux de la Banque de France de 1808 permettront alors le développement de succursales sur l’ensemble du territoire national. La loi de 1873 en oblige même la constitution dans chaque département et donne à la Banque de France une influence qui ira croissante du fait de la demande toujours plus importante de billets de banque.

 

18 janvier 1800 banque de france

 

 

La réforme des statuts de la Banque en 1936 imposera finalement un contrôle accru de l’institution, prélude à sa nationalisation en 1945. Banque centrale nationalisée, prêteur historique de l’Etat depuis sa création, elle connaîtra encore un changement radical de fonctionnement en acquérant son statut d’indépendance par la loi du 4 août 1993. L’article 3 de ses statuts lui interdit alors d’autoriser des découverts ou d’accorder tout autre type de crédit au Trésor Public ou à d’autres organismes publics. Une distinction nette qui a pour objectif de garantir l’indépendance de la Banque de France à l’égard de l’Etat et d’assurer ainsi la continuité de la politique monétaire menée par l’institution. Nationale et indépendante, la Banque de France connaît enfin la dernière étape actuelle de son évolution en intégrant le système européen de banques centrales en 1998.

Une intégration qui ne sera pas pour autant synonyme de disparition. En exerçant des missions de surveillance à l’égard des établissements de crédit, en étant toujours garante de la bonne qualité de la monnaie fiduciaire en circulation, mais aussi en continuant à rendre des services financiers aux banques, aux entreprises et aux collectivités territoriales, la Banque de France exerce encore ses à l’intérieur des frontières nationales, tout en participant aux objectifs de stabilité monétaire et financière de l’Union Européenne.