FlashbackEco

18 décembre 2013 : Première transplantation du coeur artificiel CARMAT

Réalisée le 18 décembre 2013, la première transplantation d’un cœur artificiel CARMAT[1] à l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris par les équipes des professeurs Christian Latrémouille et Daniel Duveau marque une avancée considérable de la science médicale, mais aussi la concrétisation d’une démarche entrepreneuriale innovante.

 

18 décembre 2013 carmatNée en 2008, la medtech s’est donnée pour objectif de réaliser une technologie disruptive en matière de cœur artificiel. Durée de vie supérieure aux modèles de cœurs artificiels existants, taille moins volumineuse, biocompatibilité de la prothèse permettant d’en finir avec les traitements anti-coagulants, électronique embarquée assurant l’auto-régulation du battement cardiaque en fonction des besoins physiologiques et de l’activité physique relative de la personne… CARMAT additionne près de quinze années de recherches et développement et une dizaine de brevets internationaux aboutissant à la conception d’un cœur artificiel visant à reproduire au plus près le fonctionnement d’un cœur humain[2] et qui s’envisage dès lors à terme comme une solution pérenne aux cas d’insuffisances cardiaques évoluées[3].

 

18 décembre 2013 carmat 1

Le Professeur Alain Carpentier, co-fondateur de la société CARMAT 

 

Avec une durée de survie de 74 jours, le cas du premier patient transplanté le 18 décembre 2013 avec un cœur artificiel CARMAT put à juste titre être considéré comme une réussite, dans la mesure où l’objectif initial de l’opération visé une période minimale de survie de 30 jours. Forte de son expérience passée, la société a depuis procédé à une nouvelle implantation sur un second patient le 5 août 2014. Une opération qui continue aujourd’hui encore, alors que la société fête l’anniversaire de sa première transplantation (18 décembre 2014) d’être un succès au vu de l’état général du patient.

Estimé à plus de 100 000 personnes concernées dans le monde, le marché potentiel visé par la technologie CARMAT représenterait aujourd’hui près de 16 milliards d’euros aux dires des dirigeants de la société.

 

18 décembre 2013 carmat 2Détentrice d’une technologie de rupture en matière médicale, la société reçoit également depuis sa création l’appui financier de la Banque populaire d’investissement (33 millions d’euros depuis 2008, plus 5,2 millions d’euros supplémentaires en décembre 2014, suite aux résultats concluants de la deuxième transplantation), et entend continuer sa phase d’étude clinique sur d’autres patients avant d’obtenir la certification CE de son produit, préalable à sa commercialisation à l’orée 2016-2017, et à de prochaines levées de capitaux capables d’accompagner la société vers de nouveaux sommets.

 

 

[1] Acronyme des noms des fondateurs de la société ; le professeur Alain Carpentier et la société Matra Défense.
Au 31/07/14, le capital social de la société CARMAT était réparti comme suit : Airbus Group (24,3%), Equipe Professeur Carpentier (15,5%), Truffle Capital (23%), Public : (37,2%).
 [2] Le cœur artificiel CARMAT est d’ailleurs composé de deux ventricules droit et gauche, d’une bio-membrane en péricarde traité souple et reproduit au travers de valves les mouvements pulsatiles du cœur humain.
[3] Les cœurs artificiels étaient jusqu’alors considérés comme des cœurs de remplacement utilisés dans l’attente d’une transplantation de cœur humain.