FlashbackEco

17 janvier 1706 : Benjamin Franklin, lumière américaine

Imprimeur, homme de lettres et pamphlétiste, administrateur, homme d’Etat, ambassadeur, scientifique et inventeur, Benjamin Franklin fut l’un des personnages les plus influents de son temps, souvent considéré dans la littérature et l’historiographie américaine comme le Premier Américain.

Né à Boston le 17 janvier 1706, Benjamin Franklin fut très tôt en contact avec le monde des idées et celui de la presse en travaillant dès l’âge de 12 ans dans l’imprimerie du journal de son frère James, the New England Courant. Quatre ans plus tard, il profite alors de l’occasion, en dépit de la censure de son aîné pour publier sous pseudonyme 14 lettres qui feront d’ores-et-déjà apprécier aux lecteurs sa sagacité et son esprit. Imprimeur à Philadelphie, puis à Londres (1724-1725), il reviendra finalement à Philadelphie où il s’établira définitivement. Génial autodidacte, il devient alors l’imprimeur de la plus important de Pennsylvanie. Patron de la Pennsylvania Gazette (1730-1748) dont il fera le journal le plus lu des colonies, imprimeur de succès de librairies comme celui du Poor Richard Almanach, mais aussi imprimeur officiel de l’Etat, Benjamin Franklin connaît en l’espace de quelques années une incroyable ascension personnelle qui ne l’empêche pas pour autant de s’investir activement dans les affaires de sa communauté.

17 janvier 1706 benjamin franklin 4Philanthrope engagé dans l’édification de librairies publiques, Maître des Postes (1737-1753), cartographe des routes qui facilitent la communication entre colonies, fondateur de la première compagnie de pompiers des Etats-Unis à Philadelphie (1738), organisateur de la première force de défense luttant contre les incursions indiennes dans les colonies (1744), Benjamin Franklin a également su démontrer, en parallèle d’une carrière entrepreneuriale riche en succès, des qualités d’administrateur hors-pair préfigurant celle du futur homme d’Etat.

 

Elu membre de l’Assemblée Générale de la province de Pennsylvanie en 1747, indépendant financièrement, il se consacre alors entièrement à la politique et prend rapidement un rôle d’intermédiaire entre propriétaires terriens refusant de payer plus d’impôts et le centre du pouvoir londonien souhaitant réaffirmer le contenu de ses privilèges à l’égard de ses colonies. Une fonction délicate d’ambassadeur qui l’oblige à rendre des comptes à la Couronne anglaise, mais qui ne l’empêche pas pour autant, avec un art particulier du compromis, d’obtenir l’abolition du Stamp Act[1] (1765) et de nouer de nombreux contacts décisifs pour le sort des colonies, notamment en France, où il sera alors introduit à la Cour de Louis XV (1769).

Des expériences qui permettront à Benjamin Franklin de jouer un rôle fondamental à l’heure de la révolte américaine. Dévoué à la liberté des colonies, il deviendra, non sans hésitations, l’un des plus fervents partisans de l’indépendance.

Maître Général des Postes pour l’ensemble des colonies (1753-1774), parfait connaisseur des voies de communications au sein des colonies, élu au Second Congrès Continental (1775), il devient l’un des membres de la Commission des Cinq, désignée pour rédiger la Déclaration d’Indépendance (1776).

Diplomate chevronné, c’est en France que Benjamin Franklin sera envoyé dès le début de la Guerre d’Indépendance. Pendant près d’une décennie (1776-1785), il devient le plus Français des Américains, noue et consolide des alliances commerciales et militaires avec le Royaume de France et préparera même les termes du Traité de Paris (1783) qui mettra fin à la Guerre d’Indépendance.

17 janvier 1706 benjamin franklin 3Rentré aux Etats-Unis en 1785, Benjamin Franklin continuera d’être au service de la nation américaine, en étant de nouveau élu Président de l’Assemblée de l’Etat de Pennsylvanie et en devenant en 1787 l’un des signataires de la Constitution des Etats-Unis[2]. Actif jusque dans ses derniers moments, le Premier Américain fut également un ardent défenseur de la cause abolitionniste et l’auteur d’un mémoire qu’il remit au Congrès des Etats-Unis, exigeant la fin de l’esclavage au sein des Etats-Unis. Une de ses toutes dernières apparitions publiques, peu avant sa mort le 17 avril 1790 à Philadelphie.

Travailleur acharné doté d’une curiosité sans-borne et touche-à-tout de génie, Benjamin Franklin fut un passionné du bien public et de l’intérêt général. Une inclination qui ira d’ailleurs bien au-delà de sa carrière d’homme politique. Révélatrice de son dévouement à la communauté, sa carrière scientifique témoignera d’ailleurs elle-même de son souci de la communauté, que cela soit au travers de l’invention du paratonnerre, de celle des lunettes à double foyer ou de ses travaux en météorologie ou sur les courants marins.

Père fondateur de l’identité et de la nation américaine, Benjamin Franklin est l’un des personnages les plus révérés de l’Histoire américaine. Symbole de l’ascension sociale, de la persévérance et de l’esprit de résilience, son image, loin de n’être attachée qu’au seul billet de 100$, reste aujourd’hui emblématique de réalisations bien concrètes dont jouissent aujourd’hui quotidiennement plusieurs millions d’Américains.

 

 

[1] Droit de timbre exigé à l’occasion de l’enregistrement ou de l’émission de tous documents légaux : permis, contrats commerciaux, journaux, jeux de cartes…

[2] Ce qui fait d’ailleurs de Benjamin Franklin le seul « Père Fondateur » des Etats-Unis à avoir signé les trois documents fondateurs des Etats-Unis : la Déclaration d’Indépendance, le Traité de Paris et la Constitution américaine.