FlashbackEco

15 septembre 2008, faillite de la Lehman Brothers, début de la Crise financière

15 septembre 2008 kazeco lehmanLe 15 septembre 2008 à deux heures du matin, heure de New-York, la Lehman Brothers se déclare officiellement en faillite et accentue le spectre d’une crise bancaire apparemment inévitable. Quelques jours plus tôt, la Bear Stearns avait déjà été sauvée par JP Morgan, alors que l’administration américaine s’était empressée de venir aux côtés des fonds Freddie Mac et Fannie Mae. Mais pour ce qui est de la Lehman Brothers, l’aide ne vient pas. L’administration américaine dit ne pas obtenir de la banque les garanties nécessaires à l’appui financier requis pour sauver l’établissement. Certains disent encore que l’administration américaine avait besoin de faire un exemple en ne venant pas à l’aide de la banque d’affaires. Quoi qu’il en soit, le défaut de la banque américaine fait l’effet d’un coup de tonnerre dans le monde de la finance et annonce le début d’une crise financière de grande ampleur.

Lehman Brothers, à l’instar de bon nombre d’établissements bancaires a acquis  une très grande quantité de titres adossés à des créances hypothécaires. A partir des années 2000, le marché de l’immobilier américain ne cessent de grimper et donnent à ces titres une valeur considérable venant enrichir le bilan comptable des établissements bancaires. A l’autre bout de la chaîne, des pratiques bancaires peu scrupuleuses et laxistes permettent d’accorder des prêts hypothécaires à des emprunteurs ne représentant aucune capacité de financement véritable. Pour les banques, il est alors questions de prêter et de profiter de la tendance haussière du marché de l’immobilier. En cas de défaut de paiement de l’emprunteur, il sera toujours temps pour elles de saisir le bien hypothéqué et le proposer à un autre emprunteur. Enfin, pour se couvrir de manière optimale, les banques indexent logiquement les taux d’emprunt sur ceux de la Réserve Fédérale américaine.

Tant que le marché immobilier grimpe, la boucle tourne à plein régime. Mais lorsque celui-ci arrive à saturation et donne des signes de faiblesse pendant l’été 2007, la machine se grippe. La Lehman comme de nombreuses autres banques se retrouvent alors avec des titres adossés à des créances immobilières, que les emprunteurs ne peuvent plus payer, eux-mêmes en difficulté en raison de la hausse significative des taux (le taux directeur de la « Fed » est passé de 1% à 5,25% de 2004 à 2006). Les banques fortement exposées sur le marché immobilier se retrouvent avec des actifs dévalués… toxiques, dira-t-on bientôt. Les tentatives de solder les positions de la banque sur le marché immobilier se soldent par des échecs répétés. Lehmann Brothers continue alors sa chute, subit une perte de près de 75% de sa capitalisation boursière et se retrouve alors à chercher un repreneur qui ne viendra finalement jamais. L’effondrement de la banque sera alors inévitable et ressenti dans le monde entier.

15 septembre 2008 kazeco3 lehman

La crise financière qui a débuté le 15 septembre 2008 est aujourd’hui envisagée comme une crise à plusieurs échelons. Commercialisation agressive de prêts, sous-estimations des risques par les agences de notation et les conseils d’administration des grandes banques, passivité des agences de régulation, comportements individuels de certains golden boys, titrisation excessive, complexité et opacité de certains produits financiers, absence d’étanchéité entre banque d’affaires et banques de dépôts… C’est l’ensemble du système financier moderne qui s’est en fait retrouvait pris en défaut.

Des années après la chute de la Lehman, les conséquences de la crise bancaire de 2008 se font encore ressentir à l’échelle de l’économie mondiale.

 

A lire aussi :