FlashbackEco

15 octobre 1894 : Début de l’Affaire Dreyfus

Le 15 octobre 1894, le commandant du Paty de Clam procède à l’arrestation du capitaine Alfred Dreyfus. Débute alors une affaire judiciaire qui durera douze ans et sera à l’origine de l’une des plus graves crises de la Troisième République.

 

15 octobre 1894 affaire dreyfus kazecoAccusé à tort d’avoir communiqué des informations sensibles à l’attaché militaire en poste à l’ambassade d’Allemagne, le capitaine Alfred Dreyfus est condamné le 22 décembre 1894 à la déportation perpétuelle au bagne de Cayenne et à sa dégradation. L’opprobre et la condamnation auraient sûrement permis d’oublier le cas Dreyfus, si une poignée de militaires, de journalistes et d’intellectuels à l’instar du Lieutenant-Colonel Picquart, d’Emile Zola ou de Clemenceau n’avait pas poursuivi l’enquête là où le tribunal militaire l’avait laissé en 1894.

 

15 octobre 1894 affaire dreyfus kazeco1
Dégradation du capitaine Alfred Dreyfus le 5 janvier 1899 dans la cour de l'Hôtel des Invalides

 

15 octobre 1894 affaire dreyfus kazeco2Le 13 janvier 1898, la parution en première de l’Aurore du célèbre J’accuse d’Emile Zola sera notamment l’un des détonateurs d’une affaire qui coupera la France en deux. L’article de Zola fera l’effet d’une bombe dans l’opinion publique française. Adresse directe au Président de la République, il dénonce la campagne antisémite faite à l’encontre de l’officier israélite Dreyfus, les erreurs grossières des enquêteurs et va jusqu’à mettre en cause le ministre de la Guerre et l’état-major. Poursuivi en justice, Zola profitera alors de son propre procès pour donner un écho supplémentaire à ce qui devint alors l’Affaire Dreyfus.

 

Cassation du jugement de 1894 en juin 1899, en échange d’une nouvelle condamnation mais « avec circonstances atténuantes » cette fois-ci, puis grâce présidentielle en 1900, et enfin réhabilitation officielle en 1906 et réintégration dans l’armée, émailleront pendant plus d’une décennie un combat judiciaire haletant, avant que l’innocence du capitaine Dreyfus ne soit pleinement reconnue.

L’Affaire prendra également une dimension politique importante et révèlera des lignes de failles profondes au sein de la société et de la classe politique française. Catalyseur d’un antisémitisme populaire virulent, l’affaire Dreyfus fut également le point de départ de la réflexion sioniste de Theodor Herzl, alors correspondant de la Neue freie Presse de Vienne à Paris au début de l’année 1895.

Au même titre que la crise boulangiste de 1889 ou le scandale de Panama de 1892, l’Affaire Dreyfus fut une des crises majeures de la Troisième République.