FlashbackEco

14 octobre 1962 : Crise de Cuba, le monde au bord du précipice

De tous les épisodes de la Guerre Froide, la Crise de Cuba d’octobre 1962 est sans aucun doute celui qui menaça le plus profondément l’équilibre mondial.

14 octobre 1962 crise de cuba kazeco3Depuis l’arrivée au pouvoir de Fidel Castro à Cuba en 1959, l’île est définitivement passée sous influence soviétique. L’échec de l’opération de la Baie des Cochons en 1961, visant originellement à la reconquête de Cuba par des forces contre-révolutionnaires entraînées par la CIA avait même renforcé la détermination du régime castriste de devenir un allié de choix du camp soviétique. Dès 1962, la nouvelle alliance entre Moscou et la Havane prend tout son sens. Face à l’installation de missiles américains Jupiter en Italie et en Turquie menaçant le territoire soviétique à partir de novembre 1961, l’URSS de Nikita Khrouchtchev réplique. A partir de mai 1962 il envoie en 14 octobre 1962 crise de cuba kazeco1direction de Cuba, un convoi maritime comprenant 47 000 hommes de l’armée rouge à bord de plusieurs dizaines de cargos, des avions de chasses, des bombardiers, des sous-marins nucléaires, mais aussi trente-huit missiles balistiques à tête nucléaire, capables de toucher les Etats-Unis à partir du territoire cubain.

 

14 octobre 1962 crise de cuba kazeco7

 

14 octobre 1962 crise de cuba kazeco5Le 14 octobre 1962, l’avion-espion U2 du commandant Rudolf Anderson Jr. identifie clairement des rampes de lancement de missiles sur le sol cubain. Pendant deux semaines, un jeu de dupes se joue alors entre Washington et Moscou, tout prêt d’amener le monde à une catastrophe sans précédent. Le 22 octobre, le Président Kennedy donne une allocution télévisée dans laquelle il informe de la mise en place d’une « quarantaine défensive » sur toute arme offensive à destination de Cuba et menace l’URSS de représailles si celle-ci ne retire pas ses missiles. Le 25, la tension est à son comble entre le représentant américain et le représentant soviétique au Conseil de Sécurité des Nations-Unies, niant la présence de sites de lancement à Cuba. Le 26, l’US Navy arraisonne un premier cargo et poursuit des sous-marins soviétiques à proximité de la zone de quarantaine. Le 27, l’U2 14 octobre 1962 crise de cuba kazeco4du commandant Anderson Jr, premier œil de la crise cubaine est abattu en plein vol par la DCA sous ordre de Fidel Castro. Khrouchtchev dément toute implication dans l’incident. Le 28, alors que Moscou dit toujours officiellement n’accepter aucune négociation prochaine et que la CIA annonce l’existence de 24 missiles pointés sur le territoire américain, une transaction visant à en finir avec l’escalade a déjà débuté en coulisses. Le 29, les négociations achoppent sur un accord. Moscou accepte de retirer ses navires et ses installations en échange de l’engagement formel des Américains de ne pas envahir Cuba. Les Etats-Unis s’obligent également à démanteler leurs missiles Jupiter basés en Turquie et en Italie.

14 octobre 1962 crise de cuba kazeco6Le bilan de la Crise de Cuba est celui d’un succès diplomatique pour le jeune Président Kennedy qui n’a pas cédé face au bluff de Khrouchtchev. L’URSS sauve les apparences quant à elle, en obtenant l’engagement américain de ne plus jamais intervenir sur le sol cubain. Le mécanisme de la surenchère a cependant livré Est et Ouest à un jeu dangereux dont les répercussions auraient pu engendrer l’usage du Feu Nucléaire et une menace immédiate sur les vies de centaines de millions de personnes.

Dès 1963, Etats-Unis et URSS reviennent à une politique de « coexistence pacifique ». Un téléphone rouge, liaison de télécommunication privilégiée entre Washington et Moscou, est également mis en place la même année.