FlashbackEco

14 juin 1920 : Décès d'un individu rationnel

Economiste et sociologue allemand, Max Weber (1864-1920) disparaît le 14 juin 1920 à Munich en Allemagne. Il laisse derrière lui les fondements de la sociologie compréhensive et une manière nouvelle d’étudier l’impact des mentalités individuelles sur la société.

Chez Weber, l’individu est considéré essentiellement comme acteur de la vie sociale. Il dispose certes d’un capital social, et donc d’une appartenance à une famille et à un entourage, mais également d’un capital économique (argent, patrimoine) et d’un capital culturel (connaissances, apprentissages, fréquentation de lieux culturels, diplômes…) qui en plus de constituer son identité, réprésentent également les ressources essentiels qui façonneront son ascension sociale et sa réussité économique.

Cette approche moderne de l’individu au début de l’ère capitaliste, Max Weber la fonde sur des sources et des origines. Dans L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme (1904-1905), il fait ainsi le parallèle entre les grands principes de la religion protestante et l’essor du capitalisme en Europe. Le principe de prédestination notamment (chercher sa voie au fil des expériences et des tentatives que l’on doit multiplier afin d’obtenir du divin les signes de sa destinée) et l’attitude entrepreneuriale sont ainsi étudiées pour leurs nombreuses similitudes.

Auteur de la modernité, Weber étudie l’individu dans ses capacités d’action et insiste sur la victoire de la rationalité sur le mythe dans le monde occidental.

Fin analyste de l’individu au sein du monde capitaliste, l’œuvre de Weber est une référence à la fois sociologique et économique, dont la pertinence est encore intacte aujourd’hui.

 

A lire aussi :