14 juillet 1789 ou 1790 : Que fête-t-on véritablement ?

Le 14 juillet 1789 la ville de Paris est en ébullition. Depuis des mois déjà, de mauvaises récoltes, des propositions menaçantes sur le niveau des salaires des ouvriers, l’appel de Louis XVI à des troupes étrangères et le maintien de 30000 soldats dans la ville participent d’une escalade mutuelle des provocations. Depuis le printemps 1789, les heurts ont fait des centaines de morts et une grande partie du peuple de Paris souhaite protéger l’initiative du tiers Etat qui s’est réuni en Assemblée Constituante afin de doter la France d’une Constitution.

14 juillet1Au matin du 14 juillet 1789, une foule populaire prend les Invalides et avec elle 15 000 fusils… mais pas de munitions ! Les réserves de poudre les plus proches et les plus abondantes sont en effet à la prison de la Bastille. Loin d’être un symbole de l’absolutisme et de l’oppression, la Bastille n’est en effet alors qu’une prison d’Etat contenant pas plus d’une dizaine de prisonniers. Pour les besoins de la Révolution et des idéaux républicains, elle acquiert cependant une importance symbolique qui a traversé les âges jusqu’à aujourd’hui. Les mauvaises décisions défensives du marquis De Launey en charge de la place feront tomber la Bastille aux mains des insurgés et donneront au 14 juillet 1789 un caractère décisif dans l’histoire de la Révolution Française.

 

Cependant, le 14 juillet 1790, les Révolutionnaires parisiens organisent une célébration à l’échelle nationale : la Fête de la Fédération. En l’espace d’un an, de nombreuses villes françaises se sont fédérées autour des idéaux de la Révolution et Louis XVI qui s’est abstenu de faire réprimer les insurgés du 14 juillet 1789 s’apprête à régner à la tête d’une monarchie parlementaire. Un vent d’accalmie et d’unité souffle enfin, un souffle que les Révolutionnaires aimeraient reprendre à leur compte.
 
14 juillet2
Représentation des célébrations de la Fête de la Fédération au Champ de Mars -
14 juillet 1790
 

Prise de la Bastille ou Fête des Fédérations, l’assemblée nationale de 1880 qui fera du 14 juillet une Fête Nationale se passera de faire explicitement référence à l’un des deux évènements. Le caractère subversif du 14 juillet est en effet resté entier et jusqu’en 1848, la prise de la Bastille n’est pas célébrée publiquement, elle est même vue d’un œil suspect par la plupart des gouvernants, qu’ils soient bonapartistes, monarchistes ou républicains.

Aujourd’hui, la fête nationale est celle de l’idéal républicain partagé sur l’ensemble du territoire et ce veut aussi l’occasion d’une allocution présidentielle ou le chef de l’Etat témoigne du bilan de ses actions en cours.

14 juillet3

 

A lire aussi: