FlashbackEco

13 octobre 1946: adoption de la IVème République

C’est par voie référendaire que les Français approuvent le 13 octobre 1946 le projet de constitution qui leur est soumis. Avec 53,24% de « oui », la France poursuit sa vie politique dans l’héritage républicain, sans pour autant accéder à un système politique stable.

13 octobre 1946 ivème république referendum kazecoLa IVème République dans son texte, mais surtout dans sa pratique et ses usages, donne la primauté au pouvoir législatif sur l’exécutif. Le mode de scrutin à la proportionnelle permet la représentation de blocs de partis qui se modifient au fil des alliances (politique d’apparentements) et des gouvernements que les parlementaires d’un bord ou d’un autre souhaitent voir tomber. Entre 1947 et 1958, se sont ainsi 24 gouvernements qui se succèderont. Deux seront même « morts dans l’œuf », faute de n’avoir pu obtenir la confiance de l’Assemblée Nationale[1].

13 octobre 1946 ivème république referendum kazeco1Dans un tel contexte d’instabilité ministérielle, la guerre d’Indochine, mais surtout les incidents d’Alger portent de sérieuses atteintes à la crédibilité du régime. Ce n’est finalement qu’avec l’arrivée au pouvoir du Général De Gaulle à la présidence du Conseil que la France retrouvera un semblant de stabilité politique avant d’opter pour la Vème République et un pouvoir exécutif fort.

Critiquée, mal-aimée dès sa naissance, sujette à trop de compromis et aux petites tractations partisanes, la IVème République manque de vue d’ensemble et de fermeté.

13 octobre 1946 ivème république referendum kazeco2Fragile dans son organisation politique, elle n’en reste pas moins à l’origine de réalisations concrètes dont la France et les Français bénéficient encore aujourd’hui. L’immense chantier de la reconstruction, le retour de la croissance, la remise à niveau des infrastructures électriques, ferroviaires et de télécommunications, la Sécurité Sociale, la mise en place d’un salaire minimum et des comités d’entreprise, la constitutionnalisation du droit de vote des femmes, ou encore les premiers pas du couple franco-allemand et de la construction européenne sont en effet à mettre à l’actif de la IVème République.

Profondément instable, la IVème République s’est montrée particulièrement fébrile face aux crises. Elle a cependant initié une démarche de progrès économiques et sociaux qui allaient faire le socle d’une longue période de prospérité.

 

[1] Gouvernement de Christian Pineau du 17 au 18 février 1955 ; gouvernement Antoine Pinay du 17 au 18 octobre 1957.