FlashbackEco

11 octobre 1844 : Henry J. Heinz… des tomates qui valent de l'or

Fils d’immigrés Allemands, Henry J. Heinz a très tôt montré un vif intérêt pour le commerce. Adolescent, il revend les légumes du jardin familial et travaille par la suite dans le conditionnement de produits alimentaires à partir de 1869. Victime d’une faillite en 1875, il se lance à nouveau l’année suivante avec son frère John et son cousin Frederick. La H. J. Heinz Company est née.

11 octobre 1844 heinzLa nouvelle société repose sur quelques principes simples hérités de l’expérience de H. J. Heinz dans le conditionnement alimentaire. Pour attester de la qualité de ses produits auprès des consommateurs, Heinz impose les conditionnements en verre transparent, alors que les autres producteurs de l’époque utilisent justement des verres sombres, bleus, verts ou marrons pour pouvoir se distinguer les uns des autres. Au travers d’un conditionnement en verre, le consommateur peut attester lui-même de la fraîcheur des produits Heinz avant de les acheter. Le Ketchup Heinz commercialisé dans une bouteille transparente sera d’ailleurs un immense succès commercial… à tel point que le succès de la firme finit par reposer essentiellement sur les ventes du produit.

11 octobre 1844 heinz4Grand patron méticuleux, attaché à la qualité des produits alimentaires[1], mais aussi à la qualité de vie et de travail de son personnel, H. J. Heinz mettra également en place une assurance médicale privée, des piscines, des salles de gymnastique, des bibliothèques ou encore des programmes de formation à l’intention de ses salariés.

 

11 octobre 1844 heinz buffettAu jour de sa mort, le 14 mai 1919, H.J Heinz est à la tête d’un empire industriel comptant vingt unités de production, ainsi que de gigantesques fermes agricoles sur l’ensemble du territoire américain. En 2012, la H.J. Company réalisait encore un joli chiffre d’affaires de 11,6 milliards pour un bénéfice de 923,1 millions d’euros avant d’être rachetée l’année suivante par Berkshire Hathaway - holding du milliardaire Warren Buffet- et 3G Capital sur la base d’une valorisation de 28 milliards d’euros.

 

[1] Il sera d’ailleurs à l’origine d’une intense activité de lobbying en faveur de la Pure Food and Drug Act de 1906.