Le saviez vous

10 petites choses que vous ne savez peut être pas sur le web

 

  1. Une technologie d’origine militaire

38 web 1C’est à partir de 1962 que la DARPA, Agence pour les projets de recherche avancée de défense, commença à travailler sur l’interconnexion informatique de différents centres de recherches et universités américains. Opérationnel à partir du 20 septembre 1969, les deux premiers nœuds du réseau se constitueront entre l’Université de Californie (UCLA) et celle de Stanford avant de s’étendre à d’autres centres de recherche. Le réseau qui prendra le nom d’ARPAnet, adoptera le protocole TCP/IP le 1er janvier 1983 devenant ainsi le premier à préfigurer le fonctionnement du web tel que nous le connaissons aujourd’hui.

 

  1. Un objectif initial très vite détourné

Dans son livre What the Dormouse Said (Penguin, 2005), John Markoff insiste sur l’importance que la contre-culture américaine des années 1970 eut sur l’avènement de l’informatique et celui d’Internet. La première transaction commerciale rendue possible par ARPAnet auraient ainsi été le fait de deux étudiants de l’Université de Stanford et de leurs homologues du Massachussetts Institue of Technologies (MIT), profitant de leur accès au réseau entre 1971 et 1972 pour convenir de l’achat et de la vente de… marijuana.

 

  1. L’Europe a joué son rôle

Invention américaine la transmission de données informatiques par paquets sur un réseau décentralisé fut bien effet l’œuvre du réseau ARPAnet et des Américains… aucun doute là-dessus. Mais ce que nous appelons aujourd’hui le World Wide Web doit beaucoup à l’inventivité de Sir Tim Berners Lee et à celle belge Robert Cailliau, tous deux ingénieurs au CERN, organisation européenne pour la recherche nucléaire (Genève). C’est en effet au sein du centre de recherche que les deux compères, reliés au réseau ARPAnet ont ainsi pu mettre en place un système de gestion de l’information alliant principe du TCP, adressage par nom de domaine (DNS) et liens hypertextes permettant la consultation de pages annexes.

L’adresse info.cern.ch fut ainsi celle du tout premier site et serveur web au monde, mis en ligne le 30 avril 1993.

 

  1. La webcam… encore « un truc » d’étudiants

38 web 4Les innovations viennent décidemment de nulle part. Mis originellement en place en 1991 par James Quentin Stafford-Fraser et Paul Jardetzky, étudiants du département des sciences informatiques de la prestigieuse Université de Cambridge, la première webcam eut un rôle pour le moins singulier et pourtant bien utile. Installée en salle de pause, elle permettait en effet de visualiser le niveau de la cafetière et d’éviter ainsi les déplacements inutiles, au cas où celle-ci était vide. Connectée à internet en 1993, la Trojan Room Coffe Pot retransmit ses images sur le web jusqu’en 2001, avant d’être définitivement déconnectée.

 

  1. Le « Deep web », partie immergée de l’iceberg

Le « deep web » ou « web profond » désigne les pages non indexées par les moteurs de recherches. Face cachée du web, le « deep web » représente aujourd’hui près de 90% des pages internet… Filtrées dans le cadre d’une recherche sur un moteur de recherches type « Google », la navigation sur le web permet cependant d’aboutir sur la plupart des pages non-indexées.

 

  1. Les humains… une minorité sur le web

Selon l’étude 2013 du site incapsula.com, le trafic humain représenterait aujourd’hui moins de 40% du trafic sur internet. Le reste, ce sont des « bots » qui s’en chargent. Autrement dit, des programmes tantôt « bienveillants », tantôt « malveillants », chargés de suivre les connexions des internautes, d’analyser les performances de nos sites, de lancer des spams ou encore d’espionner nos ordinateurs…

38 web

 

 

  1. Spam, Spam, Spam !

Bien connu aujourd’hui, le mot « Spam » désignait autrefois la marque de pâté « Spiced Ham » déposé par la firme Hormel Food en 1937.

38 web 7

Mais c’est surtout un sketch des Monthy Python diffusé pour la première fois le 15 décembre 1970, qui fut à l’origine de l’utilisation actuelle du terme qualifiant la plupart de nos mails d’indésirables.

Parodiant le slogan de la publicité de la marque (« Spam, Spam, Spam, Spam, lovely Spam, wonderful Spam ! »), au cours d’un sketch absurde où le mot « Spam » est répété à l’envi et de manière inopportune, le terme devient alors le symbole de ce qui est indésirable.

Ce n’est que des années plus tard que les premiers newsgroup feront référence au sketch des comiques britanniques en remplissant des pages entières du mot « Spam » et en inscrivant ainsi peu à peu le terme dans la culture web actuelle.

 

  1. Des factures d’électricité qui coûtent chères

38 web 8Gourmands en énergie, les data center des grandes sociétés informatiques américaines sont souvent à l’origine de factures d’électricité estimées à plusieurs dizaines, voire centaines de millions de dollars. Si Facebook à fait le choix de la ville de Lulea en Suède située à la frontière du cercle arctique, Google a opté pour Hamina et le sud-est de la Finlande. Des lieux privilégiés pour les installations des deux géants du web, souhaitant profiter au mieux des conditions climatiques scandinaves afin de faire redescendre le coût de leurs factures d’électricité… tout naturellement.

 

  1. Mais pourquoi seulement 140 caractères dans mon « tweet »?

Là aussi, ce fut une question d’économies… Originellement transmis par SMS et sans conditions de caractères maximum, les premiers « tweet » émis par les utilisateurs coutèrent en effet très chers à Twitter. Créancière d’une facture SMS pour le moins non négligeable, la direction du site pris finalement très vite la décision de limiter le nombre de caractères maximum des messages à 140 caractères.

 

    10. 3 milliards d’internautes ; 1 milliard de sites.

38 web 10

C’est précisément le bilan dressé fin 2014 par l’Union Internationale des Télécommunications (UIT). Avec deux fois plus d’internautes en 2009 qu’en 2014, l’essor d’Internet se fait aujourd’hui à marche forcée, y compris à destination de territoires désertiques ou de pays laissés à l’écart de la croissance mondiale.